Qui sommes-nous ?

logo

Choisir la langue

Travailleurs des mines en Europe et dans les États autrefois soviétiques – constituons une puissante force ensemble !

Cher.e.s collègues,
Sur la décision de l‘UE, on gère la fermeture systématique des mines souterraines de houille dans toute l‘Europe, en faveur d‘exploitations de matières premières nocives pour l‘environnement, comme par exemple la fracturation hydraulique. En Pologne et dans d‘autres pays d‘Europe de l‘Est, on accélère des fermetures en regroupant des mines, aggravant ainsi encore l‘exploitation des travailleurs.

En Allemagne, fin 1918, on a arrêté l‘exploitation de la houille dans les deux dernières mines afin de les fermer. Après l'arrêt de celles de Belgique, de France ou de Grande Bretagne des années auparavant, qui a entraîné la dégradation des régions au point de devenir des hospices de la nation. Les travailleurs des mines, leurs familles et la population ne sont pas prêts à accepter que l‘exploitation de la houille appartienne à l‘histoire et soit dégradée à un mémorial industriel pour le tourisme. C’est avec le dur labeur et la vie de centaines de milliers de travailleurs des mines et de leurs familles que l‘Europe actuelle a été construite de sorte qu'elle est devenue l'une des plus fortes régions économiques du monde. Nous n‘acceptons pas les fermetures des mines et la destruction des emplois !

Dans le contexte de la transition du moteur à combustion vers la propulsion électrique, la chasse aux matières nécessaires pour faire les piles électriques – le lithium, le cobalt et le chlorure de cobalt – a atteint une nouvelle étape. Le marché mondial des matières premières est aujourd‘hui un point focal de la lutte exacerbée des puissances impérialistes pour le profit maximal et pour le pouvoir. La tendance générale de préparation d‘une guerre impérialiste s‘aggrave actuellement par la course pour la soi-disant sécurité énergétique. Nous n‘admettrons pas que la lutte pour les matières premières redevienne le foyer qui peut attiser les flammes d‘une nouvelle guerre mondiale.

Pour les travailleurs, la course aux matières premières et aux minerais conduit dès aujourd‘hui à une énorme aggravation de l‘exploitation, à des baisses de salaire, à la dissolution des standards de sécurité et à des conditions misérables de travail. En même temps, la destruction de l‘environnement est intensifiée énormément, comme nous le vivons aussi en Pologne, en Tchéquie, en Slovénie, en Grèce et dans d‘autres pays du Balkan. Ce qui est nouveau, c‘est que les impérialistes de l‘UE veulent avancer dans les plus profondes couches rocheuses et creuser les métaux rarissimes aussi en Europe. Les premiers forages d‘essai en Suède pour trouver des éléments des terres rares (ETR) ont été financés avec l‘argent de l‘UE. Ces nouveaux projets miniers sont présentés comme des projets écologiquement durables. Quelle hypocrisie de la bouche des groupes miniers, qui sont les responsables de la destruction de sites et du déboisement pour les exploitations à ciel ouvert, ainsi que le dépôt souterrain de déchets toxiques. Par la combustion démesurée de charbon, ils sont aussi responsables de la catastrophe climatique menaçante. Avec les gouvernements serviables et en accord avec des dirigeants syndicaux souvent payés, les monopoles miniers veulent nous faire croire que, malheureusement, sauver l‘environnement n‘irait qu‘en sacrifiant des emplois, et qu‘on ne pourrait pas avoir les deux. Nous exigeons des emplois et la protection de l‘environnement au dépens des profits !

En tant que travailleurs des mines, en agissant avec l‘ensemble du mouvement ouvrier, des mouvements des femmes, de la jeunesse et de l‘environnement, nous serons invincibles. Les dirigeants savent estimer la force des luttes des mineurs. Ils l‘ont vécue dans les années 1980 en Angleterre, dans la grande grève des travailleurs des mines en Allemagne en 1997, et depuis le millénaire dans les luttes des mineurs espagnols, polonais et actuellement en Ukraine et au Kazakhstan. Ils veulent donc diviser le mouvement des travailleurs des mines.

Nous nous opposons résolument contre les voix incendiaires de mouvements nationalistes et racistes qui tendent à dresser les uns contre les autres les ouvriers et les masses populaires des différentes nations. Maintenant, nous ferons un pas en avant en préparant une Conférence des travailleurs des mines d‘Europe du 28.11. au 1.12.2019 en Pologne.
Notre programme, est l'appui mutuel et la solidarité avec toutes les luttes des travailleurs des mines dans le monde ! Participez à la conférence, faites-la connaître dans vos entreprises, vos syndicats et vos organisations !