Qui sommes-nous ?

logo

Choisir la langue

Kenyan Peasants League: Multi Billion Wedding of Indian Mining Mogul a Slap in the Face of Poor Miners Globally

As the clock ticks towards the Second International Miners Conference to be held in India in February 2017, news of a USD74million wedding of the daughter of an Indian mining mogul and politician should enrage millions of miners across the globe and their families need to condemn with the strongest possible terms the open waste of resources that result from exploitation of poor miners and their families through accumulation by the mining monopolies.

Lire la suite : Kenyan Peasants...

Togo: Adresse de solidarité

De l'événement de caractère culturel et festival pour recueillir des dons pour les frais de voyage de la 2ème Conférence Internationale des travailleurs des mines, le 2 au 5 de Février 2017, en Inde.
L'événement a eu lieu à Gelsenkirchen avec environ 300 participants et la résolution a été adoptée à l'unanimité.

Aux mineurs du Phosphat au Togo, ses familles et amis

Chers mineurs, chers collegues,

de l'Allemagne nous vous expressons nos salutations de solidarité!
Nous avons appris de vos grèves dans les mines de phosphate et sont impressionnés par la façon avec laquelle vous défendez courageusement votre unité. Vous poursuivez résolument votre grève et la lutte juste,

Lire la suite : Togo: Adresse de...

Togo: La lutte salutaire des mineurs des phosphates

Vollversammlung der Bergleute bei SNPT (Société nouvelle des phosphates du Togo): Arbeiter entschlossen wie nie zuvor

C'est depuis 2013 qu'une convention collective entre le syndicat des mines et les tenants du pouvoir dictatorial au Togo avait décidé de commun accord «une revalorisation des salaires, des primes de production ainsi que des équipements de protection industriels et la construction d'un dispensaire de premier soin pour soigner les familles des travailleurs».

Depuis la signature de ces accords où les mineurs de phosphate réclament une augmentation de salaire à un peu plus de 50 euros ; rien à été fait dans ce sens pour changer les conditions de travail des ouvriers.

Lire la suite : Togo: La lutte...

Afrique du Sud : Lutte pour l'augmentation de salaire pour les études de leurs enfants

En Afrique du Sud, 30 000 mineurs de l'industrie du charbon se sont mis en grève, dimanche 4 octobre, pour réclamer des augmentations de salaire. C'est le syndicat minier NUM, majoritaire dans cette filière, qui a initié le mouvement social.
La grève illimitée des mineurs du charbon fait suite à l'échec des négociations entamées depuis plusieurs semaines entre la Chambre des mines et le syndicat NUM.
Ce dernier réclame une revalorisation du salaire de base de 12% à 13% pour les ouvriers, soit 64 euros par mois, alors que le patronat ne souhaite pas aller au-delà de 20 euros (300 rands) d'augmentation mensuelle.
« Arrogance »
Le syndicat dénonce « l'arrogance » des patrons miniers, qui refusent de donner un salaire décent aux mineurs. NUM se dit pourtant prêt à considérer une offre patronale, à condition que celle-ci soit sérieuse. Avec un salaire de base revalorisé à 520 euros (8000 rands) par mois, les mineurs pourraient notamment financer plus facilement les études de leurs enfants, selon le syndicat. Le mouvement social affecte les sites des compagnies Glencore, Anglo American et Exxaro Ressources et risque bien d'inquiéter les investisseurs, alors que le secteur minier rencontre actuellement des difficultés en Afrique du Sud.
94% de l'électricité du pays
Soucieuse de réduire ses coûts de production, la compagnie Glencore a notamment supprimé plusieurs centaines d'emplois depuis le début de l'année.
Selon la Chambre sud-africaine des mines, le secteur du charbon emploie 90 000 personnes en Afrique du Sud et 94% de la production électrique du pays dépend de cette ressource.

Katanga : 12 000 enfants travaillent dans les sites miniers, selon l’ONG Refed

140628KinderKongo

Douze mille enfants travaillent dans quarante-trois sites miniers du Katanga, a dénoncé lundi 16 juin le consortium Refed mining artisanal, lors de la célébration de la journée de l'enfant africain. La présidente de cette ONG, Bernadette Kapend appelle à la mobilisation de toutes les couches de la population katangaise pour mettre fin à l'exploitation des enfants dans les sites miniers.
« Nous devons tous lutter pour l'interdiction formelle de la présence des enfants et leur utilisation dans les carrés miniers artisanaux », a déclaré Bernadette Kapend.
Elle estime que l'utilisation de ces enfants dans les mines est une violation de leurs droits et « une destruction de [leur] santé et de [leur] vie tout entière ».
Bernadette Kapend invite les exploitants étrangers à mettre fin à l'exploitation des enfants.
« Je demande aux étrangers qui viennent dans notre pays et utilisent les enfants dans les mines, de mettre fin à ces pratiques, parce qu'elles nuisent à toute une nation », a-t-elle ajouté.
Katanga: des élèves abandonnent les cours pour exploiter de l'or à Nyunzu
RDC: des milliers d'enfants exploités dans les mines et les groupes armés dans le Tanganyika
Katanga: 2 000 enfants travaillent dans les mines de Kambove
A la même période en 2013, le service du Genre, de la Famille et de l'Enfant du district du Tanganyika, avait indiqué que plus de cinq mille enfants, filles et garçons étaient gratuitement utilisés dans les sites miniers d'exploitation artisanale. Ces enfants constituaient une main d'œuvre gratuite et assurée.
Une situation qu'avait déplorée le ministre provincial des Mines du Katanga, Mumba Gama. Il avait invité les creuseurs artisanaux à s'affilier à des coopératives agréées pour lutter contre la déperdition scolaire des enfants qui quittent les écoles pour aller travailler dans les mines.
En octobre 2012, la section protection de l'enfant de l'Unicef et l'Ong internationale Groupe One avaient déploré la présence de plus de 40 000 enfants de moins de 16 ans qui travaillent dans les carrières minières notamment à Kipushi, Kolwezi et Likasi dans la province du Katanga.