Qui sommes-nous ?

logo

Choisir la langue

Appel de l'ICG pour le 8 mars, Journée internationale de la femme

Les travailleurs des mines du monde entier soutiennent la lutte des femmes aux niveaux local et international. Dans notre programme international de lutte des mineurs, nous disons entre autres : "... Les femmes sont moins payées et discriminées par l'inégalité salariale. Nous nous opposons au sexisme, à l’oppression et à la violence faite aux femmes.

Contre la charge des soins, de l'éducation des enfants et de la reproduction de la main-d’œuvre sur le dos des familles.... Nous luttons contre toutes les formes de l'exploitation et oppression spécifiques de la femme et soutenons le mouvement des femmes international et combatif pour la libération de la femme." Les travailleurs des mines ont décidé de participer à la Journée mondiale de la femme et de coopérer avec l'organisation internationale des femmes au niveau de la base dans leur lutte mondiale. Ils sont déterminés à travailler pour promouvoir la position des femmes dans les programmes des organisations humaines, syndicales et politiques au niveau local et international. Nous, travailleurs des mines du monde entier, appelons les femmes de la base à coordonner la lutte commune pour l'autolibération, face au féodalisme, au capitalisme et à la domination impérialiste, qui sont la cause de la destruction des conditions de vie des masses, de l'oppression et de la double exploitation des femmes, la source de la poursuite des structures et des traditions des relations patriarcales, ainsi que de la lutte pour la démocratie, la liberté et contre l'anticommunisme au niveau mondial. Dans le monde d'aujourd'hui, la vision des mineurs partout dans le monde est … un « mouvement des travailleurs des mines qui se rallie dans le monde entier, qui lutte pour soi-même et pour ses enfants, afin que les richesses de la terre, de l’eau et de l’air appartiennent à ceux qui les exploitent par leur travail, qu’elles soient utilisées pour une vie riche, digne et saine de tous les êtres humains, en accord avec la nature, sans exploitation ni oppression », ce qui n'est possible que dans le cadre de la lutte pour la libération des femmes dans le monde entier.