Qui sommes-nous ?

logo

Choisir la langue

La Coordination internationale des travailleurs des mines appelle tous les mineurs du monde et leurs familles à célébrer le 1er Mai 2020 avec les camarades travailleurs de toutes les industries comme une journée internationale de lutte

nous serons, bien sûr, disciplinés et attentifs à toutes les mesures de santé. Depuis 130 ans, le 1er Mai est la Journée internationale de lutte de la classe ouvrière ! On ne nous le prendra pas à nous, travailleurs des mines et syndicalistes, surtout dans la situation actuelle ! Dans de nombreux pays du monde, les monopoles et les gouvernements qui leur sont asservis profitent de la pandémie de Corona pour restreindre ou suspendre les droits des travailleurs.

Les droits démocratiques et les libertés des masses sont également attaqués de diverses façons. La pandémie de Corona doit reporter les conséquences de la crise économique et financière mondiale qui a débutée en 2018, sur le dos des travailleurs et des populations. La survie de millions d’existences est menacée par la hausse du chômage au niveau international. De nombreux travailleurs sont envoyés en congé forcé, parfois avec une rémunération faible ou nulle. Les personnes qui travaillent à leur compte ou dans le secteur informel n'ont aucun revenu. En raison des couvre-feux et de l'état d'urgence, de la fermeture de nombreuses mines et d’autres entreprises, beaucoup de mineurs luttent pour pouvoir encore gagner leur vie. On signale du Congo : « Nous sommes obligés de vivre en captivité forcée sans que des mesures d'accompagnement cohérentes soient prises pour assurer le bien-être social de la population ». En Namibie et en Ouganda, les femmes de travailleurs des mines rapportent : « Notre plus grand problème est la faim. En ce moment, nous faisons tout notre possible pour fournir de la nourriture aux personnes vivant dans les quartiers informels ». En même temps, des milliards d'euros sont acheminés par leurs gouvernements vers le capital financier international et vers les principaux exploitants miniers. Alors que la poursuite de la production est autorisée et que la libre circulation des marchandises est garantie pour les monopoles, les gouvernements imposent des restrictions à la liberté de réunion, des couvre-feux ou des états d'urgence. Dans les mines, dans les usines et installations de production, les gens travaillent souvent coude à coude. Ils doivent se rendre au travail dans des bus et des trains bondés. L’évolution droitiste des gouvernements dans le monde entier a ouvert la voie au déclin des systèmes sociaux, des soins de santé, des mesures de protection de l'environnement, etc. On a réduit ou fermé des hôpitaux, tout en licenciant le personnel infirmier. Les stocks entreposés de vêtements de protection etc. sont insuffisants. La soif de profit des monopoles a mis en danger la santé des travailleuses et travailleurs depuis le début du capitalisme – aujourd'hui, dans la crise de Corona, elle devient évidente. Pour nous, travailleurs et familles, ce sont là des raisons suffisantes pour descendre dans la rue le 1er Mai 2020 ! Nous avons besoin d'un 1er Mai combatif – tout en restant, bien sûr, disciplinés et attentifs à toutes les mesures de santé. C'est pourquoi le 1er Mai 2020, nous appelons à des activités dans la lutte contre l’évolution du gouvernement vers la droite, contre le fascisme et la guerre ! Les travailleurs sont suffisamment disciplinés pour garder une distance de sécurité. Ils ne manquent pas d’idées pour la réalisation du 1er Mai dans les conditions du couvre-feu et d'autres mesures.
Nous réclamons :
- Une protection cohérente de la santé – OUI : L’Homme doit être au centre de l'attention ! Pas de mesures d'urgence antidémocratiques ! NON à la restriction des droits et libertés démocratiques !
- Combattez les licenciements massifs et les fermetures d'usines prévus !
- Des congés payés à verser aux travailleurs pour la durée de la fermeture de production nécessaires, en conservant les droits aux congés conventionnels et avec compensation intégrale des salaires !
- Augmentation des salaires, de façon à permettre une vie dans la dignité en fonction du coût de la vie dans les pays respectifs !
- Traitement maximal des maladies et des accidents et prise en charge des coûts de traitement médical et de prévention par les entreprises !
- Réembauche des travailleurs intérimaires et leur intégration dans le personnel permanent !
- Nous réclamons à tous les gouvernements du monde la protection des droits d'association, de réunion et de négociation et un droit de grève intégral, universel et légal !
Soutenez le programme de lutte de la Coordination internationale des travailleurs des mines !
Devenez membre de la Coordination internationale des travailleurs des mines !
Le Groupe international de coordination (ICG)