Qui sommes-nous ?

logo

Choisir la langue

RDCongo: BREF APERCU DE L’EVOLUTION DU CORONAVIRUS

Le COVID 19 s’est répandu, en grande partie, en RDC du fait des voyageurs venant de la Chine, France, Inde et quelques rares cas des Etats-Unis. C’est ainsi que cette maladie a été dans un premier temps considérée comme ne concernant que les plus nantis et parfois même elle a été assimilée à des cas empoisonnements ; parce que les premiers cas détectés se trouvaient dans le proche entourage de la Présidence de la République, de la Primature et des deux chambres du parlement.

Devant tout ce décor, le commun du mortel avait difficile à accepter que la maladie est vraie et les mesures de distanciation sociale ne sont pas considérées à juste titre comme des barrières pour la propagation facile de la maladie et partant ne sont pas suivi par la plupart des congolais. Le faible taux d’alphabétisation aggrave les difficultés des membres de l’équipe de sensibilisation à se faire comprendre de tous. Les masques et autres tenues utilisées pour se protéger doivent être commandés en Chine et pour la plupart des cas nous apprenons que les masques et autres tenues censées protéger sont mal façonnés. La couche sociale la plus touchée reste celle des plus nantis parmi lesquels figurent les responsables des entreprises tant privées que publiques. Notre économie est soutenue en grande partie par le secteur minier à plus de 70%. Ce secteur est tenu par des étrangers chinois, Canadiens, Américains, Suisse, Indiens….Nous les retrouvons auusi dans les autres secteurs d’activités économiques notamment l’exploitation du bois, l’agriculture et le secteur manufacturier. Les multinationales sont dans la nouvelle technologie de l’informatique et la communication ainsi que les minerais rares tels que le coltan, l’or, le diamant, le titane,…Tous ces exploitants œuvrent sans respect de la législation sociale du pays. La législation sociale de notre pays n’a pas prévu les cas de force majeure surtout pas celle sanitaire ; c’est ainsi que devant cette évidence chaque employeur réagit à sa manière. D’aucuns ferment simplement et envoient les travailleurs en chômage technique, soit décident de payer la moitié du salaire contractuel et enfin d’autres organisent le service minimum. Les contacts entre les provinces sont interdits et seuls les cargos peuvent se déplacer avec à bord le personnel nécessaire. La sécurité sociale de notre pays ne prend en charge que la branche de la retraite et récemment celle des allocations familiales et ce en payant des sommes modiques qui ne peuvent pas aider les personnes retraités. Le taux de chômage est de l’ordre de plus de 90%, seul 10% ont des contrats de travail tandis que tous les 90% évoluent dans le secteur informel. La conséquence est que devant cette pandémie, la majeure partie de la population qui vit avec une moyenne d’un dollar par jour se trouve dans des difficultés sans précédent. Il y a de cela plus d’un mois que le premier cas avait était découvert et le Gouvernement hésitait de prendre des mesures barrières parce que le budget de l’Etat ne lui permet pas de tenir face à ses responsabilités sociales ; c’est ainsi que dans un premier temps le gouvernement a pris un train de mesure visant à alléger les difficultés du patronat mais dans l’entretemps ces dispositions font que les recettes de l’Etat (impôts et axes) ont beaucoup diminué et partant la misère s’accroit. Ce qui interpelle plus d’un c’est le fait que pendant qu’il y a cette pandémie, des sociétés d’origine indienne, chinoise, libanaise se bousculent déjà aux portillons pour commencer l’exploitation des minerais. Il y a deux jours, nous apprenons que 300 indiens se retrouvent au Katanga pour exploiter les riches gisements de minerais de cuivre de la mine de KAMOTO récemment abandonné par GLENCOR. Tout ceci arrive pendant que les frontières sont fermées et la population du Katanga ne comprend pas comment ces gens peuvent débarquer chez eux surtout qu’il est connu que ce sont les étrangers et les voyageurs qui amènent la maladie. Devons-nous comprendre que face aux enjeux économiques les grandes puissances ne sont pas prêtes à reculer même au prix des sacrifices suprêmes. Des prévisions comme celle de la femme de Bill Gates et de l’OMS de voir plusieurs africains mourir comme des chiens sur les rues présagent que la maladie pourrait être d’origine criminelle. Les structures hospitalières ne se prêtent pas à tenir face aux difficultés à venir et si jusqu’à présent les spéculations vont dans tous les sens au sujet des soins à donner aux malades de Corona, nous ne comprenons pas pourquoi les produits comme l’hydroxy chloroquine n’est pas disponible au pays. Il y a une autre version qui fait voir que le vaccin contre la tuberculose, le BCG, est aussi efficace contre les attaques de Corona. Quant aux possibilités d’expérimenter le nouveau vaccin en Afrique, les populations sont sceptiques sur l’issue favorable dans le traitement de cette maladie d’origine inconnue. Une réunion entre les partenaires sociaux est prévue pour la semaine prochaine afin d’échanger sur les mesures d’encadrement de la prise en charge des travailleurs. Des nouvelles mesures de confinement commencent ce mardi 21/04/2020 et les habitants de la capitale de la République Démocratique du Congo sont dépassés parce que ne sachant comment vivre dans l’entretemps. Un complément d’information vous sera donné en temps utile.