Qui sommes-nous ?

logo

Choisir la langue

Congo: Rétablir les droits du docteur Dr. Rekha

Je suis le Dr Rekha, citoyen indien. Je suis venu ici à la demande régulière de Ritesh Shah, il est Dyms à l'hôpital HJ. J'ai été nommé gynécologue à la HJ, et quelques mois se sont écoulés en un clin d'œil. Après avoir appris que des femmes célibataires étaient appelées ici, elles ont refusé de venir si quelqu'un voulait les appeler ou si des membres de leur famille voulaient les appeler.

les travailleurs de l'hôpital HJ demandent

Seules les femmes qui suivent leurs instructions leur permettent de faire leur travail, sinon elles commencent à les torturer et elles quittent le lieu de travail. Ils licencient généralement les femmes pour faire pression sur elles. Si une femme est prête à leur obéir, elle a été physiquement maltraitée par des médecins et des cadres supérieurs, et même certaines filles sont accouchées à l'extérieur. Certaines employées se sont rendues à leur ambassade, mais elles n'obtiennent pas de réponse, car ces personnes manipulent l'autorité supérieure par la corruption ou le pouvoir.
Le 10 janvier 2020, j'ai demandé à Vikram de ne pas m'appeler après mes heures de travail. Le PDG, Ritesh et Vikram n'agissent pas comme une unité et me torturent comme si nous allions réduire votre salaire de 50 %, prendre un congé de 2/3 mois sans solde ou réduire votre salaire de 30 %.
crise Corona comme la raison, mais la vraie raison n'était pas dans son bureau après les heures de travail, le temps pour les urgences et mon temps personnel a été.i opposé et le dossier de l'affaire arrêté au tribunal.mon salaire, je l'ai exigé en leur envoyant des e-mails.i envoyer e-mail à l'ambassade de l'Inde pour m'aider, rien ne fonctionne.ils ont fait avec billet d'avion le 26 août, donc je n'ai pas été en mesure de lutter légalement. le 25 août porte personne refuser d'entrer dans mon logement. M. Harish Jagtani, le propriétaire de l'hôpital, était également présent à ce moment-là.je leur ai demandé mais ils ne m'ont pas permis d'entrer à la porte du HJ.j'étais assis au bord de la route car c'était à l'extérieur du pays et je sais que personne n'est venu. la nuit est venue, mais j'étais dans la rue, j'ai appelé mon avocat.avec lui, des gens du pays sont venus m'aider et nous sommes allés au poste de police.même ces gens n'acceptent pas la demande de la police.des Congolais du pays m'aident en me conduisant chez eux.3 Le jour est venu, nous nous sommes assis à la porte de l'hôpital pour protester, la nouvelle s'est répandue dans les médias...les 5ème et 7ème jours, nous avons reçu mon paiement échelonné et ainsi de suite avec l'interférence de la police et de l'avocat.une lettre est toujours en attente au tribunal, espérant obtenir un jus selon la loi du Congo.à l'heure de la Corona, il est très honteux de se comporter avec une femme seule marchant seule dans la rue la nuit