Qui sommes-nous ?

logo

Choisir la langue

Lettre d'information numéro 6 à tous les contacts de la Coordination Internationale des Travailleurs des Mines

Chers collègues,

La 3e Rencontre du « groupe de coordination internationale » (ICG) a eu lieu du 23 au 25 avril 2015. Nous voulons vous informer des résultats les plus importants. La préparation de la 2e Conférence internationale des travailleurs des mines, qui aura lieu en Inde en 2017, y a été au centre. Nous passons maintenant à la préparation directe sur la base des décisions de la 1ère Conférence internationale des travailleurs des mines. La grande confiance mutuelle et une grande uniformisation sur des décisions importantes pour préparer la 2e Conférence ont été remarquables à cette rencontre ; ce qui était l'expression des grands progrès et d'une évolution positive de la coordination internationale des travailleurs des mines depuis la 1ère Conférence internationale des travailleurs des mines.

Ont été présents les membres de l'ICG d'Inde, de Colombie, du Congo, du Pérou et d'Allemagne. Nous étions particulièrement contents du fait qu'une large protestation a rendu possible la participation de notre collègue de la République démocratique du Congo, à qui l'ambassade belge de Kinshasa avait d'abord refusé le visa. C'est seulement après des protestations massives qu'on lui a permis l'entrée dans l'espace des États « Schengen ». Après la rencontre, nous avons téléphoné ensemble par skype avec le représentant du Kazakhstan, qui n'a malheureusement pas pu participer à la rencontre, pour en discuter tous les résultats avec lui. Il veut tout faire pour être avec nous lors de la prochaine rencontre de l'ICG fin janvier 2016 en Inde.
Entre-temps, plusieurs syndicats des travailleurs des mines d'Inde se sont accordés pour prendre en charge en commun la responsabilité de pays hôte de la 2e IMC en 2017, et il faudra encore recruter d'autres syndicats comme porteurs de la conférence.
À la 3e Rencontre de l'ICG, on a pris les décisions suivantes :
- La 2e Conférence internationale des travailleurs des mines aura lieu en février 2017 en
Inde.
- Au centre de la 2e IMC, il y aura l'adoption d'un programme des travailleurs des mines,
qui sera la base des accords et de la coordination de revendications, de formes et d'étapes de luttes. L'ICG a discuté une première proposition d'ébauche du programme, qui sera adoptée à la 4e Rencontre de l'ICG en 2016. Cette ébauche devra être alors largement discutée à la base des travailleurs des mines dans tous les pays avant la 2e Conférence internationale, et y être adoptée avec les propositions qui seront apportées. Cette large discussion doit en même temps déployer parmi les travailleurs des mines et leurs familles un débat stratégique mondial sur la voie d'harmonisation et de coordination des travailleurs des mines et de la population dans les régions des mines. En procédant ainsi, nous avons aussi l'intention de mieux nous connaître mutuellement par-dessus les frontières, les différentes langues et les cultures.
- Pour déployer à la 2e Conférence internationale des travailleurs des mines le débat stratégique mondial sur la base du programme, on organisera de nouveau des forums. Les sujets et le planning des forums seront fixés à la 4e Rencontre de l'ICG. Les organisations, initiatives et mouvements pourront s'inscrire auprès de l'ICG d'ici le 1er décembre 2015 pour y participer. Ils devraient alors mentionner le sujet et indiquer de quoi il s'agit et quel sera l'objectif qu'ils poursuivent par le forum.
- On a également pris une décision sur les élections des délégués/ées de la 2e Conférence internationale des travailleurs des mines : « Des organisations, des mouvements et des syndicats peuvent adhérer à la coordination internationale en tant que membres. Ils doivent reconnaître la résolution fondamentale et la déclaration finale de la 1ère IMC tenue à Arequipa/Pérou. Ils ont le droit soit d'envoyer des délégués/ées soit de participer aux élections des délégués/ées au niveau national, continental et international (selon le principe que les travailleurs des mines décident eux-mêmes qui sont leurs délégué/e/s).
Chaque pays est représenté par au maximum cinq délégués/ées et dispose de cinq voix, indépendamment du nombre de délégués/ées Les travailleurs des mines décident eux-mêmes de leurs délégué/e/s. Les délégations peuvent faire des propositions pour le nouveau Groupe de coordination internationale, et elles peuvent poser leur candidature pour le lieu de la 3e Conférence internationale des travailleurs des mines. »
- On a décidé des principes de financement pour la réalisation de la 2e Conférence internationale des travailleurs des mines. Les frais de voyage des délégués/ées et de plus une participation de soutien mutuel solidaire doivent être pris en charge par chaque pays selon les possibilités. Là où les frais de voyage d'au moins un/e délégué/e n'est pas entièrement finançable par un pays, il est possible de faire une demande de soutien du fonds de solidarité auprès de l'ICG, à déposer avant la 4e Rencontre de l'ICG. Toutes les organisations participantes font part du planning financier de leur pays à l'ICG d'ici la 4e Rencontre.
- On a décidé des principes pour les brigadistes internationaux de la Coordination internationale des travailleurs des mines, qui soutiendront, entre autres, la 2e Conférence internationale des travailleurs des mines en 2017 de manière désintéressée.

Selon les rapports continentaux des membres de l'ICG, des luttes importantes des travailleurs des mines ont eu lieu dans le monde depuis la 2e Rencontre de l'ICG en avril 2014. Des exemples éminents : la grève des 350.000 travailleurs des mines en Inde en janvier de cette année contre la privatisation des mines, et contre le dumping salarial et le démontage d'emplois. Le résultat en est que le gouvernement indien a pour l'instant retiré ces projets. Et les vagues de grève des travailleurs des mines en Pologne, de l'automne 2014 jusqu'au printemps 2015, contre la fermeture de plusieurs mines polonaises de houille conformément au programme de fermetures de l'Union Européenne (UE). La grève a pour l'instant été interrompue, après la déclaration de démission du chef de la deuxième Société des mines polonaises – c'était une des revendications principales des travailleurs des mines. Dans de nombreuses luttes, l'influence de la 1ère IMC de 2013 se fait nettement sentir, ainsi dans le Sud du Pérou, où la population et les travailleurs des mines s'unissent contre les projets détruisant l'environnement du groupe de cuivre mexicain « Southern Copper » et contre la répression de l'État. La progression des luttes des travailleurs des mines se passe devant un arrière-plan où les groupes miniers qui agissent dans le monde entier intensifient en partie de façon agressive l'exploitation de l'homme et de la nature, privatisent des entreprises autrefois nationales et détruisent les bases de vie de la population de régions entières en étendant des mines à ciel ouvert et la fracturation hydraulique.
Ce qui confirme qu'il est « aujourd'hui de moins en moins possible de s'imposer de façon locale et isolée les uns des autres contre les monopoles miniers internationaux. » La coordination internationale des travailleurs des mines fortifie la conscience de leur propre valeur des travailleurs des mines, elle montre notre force lorsque nous nous levons ensemble et luttons. Des progrès ouvrant des perspectives en créant l'unité dans la lutte pour des revendications sociales et afin de sauver l'environnement naturel se reflètent dans des revendications, des discussions et des luttes des travailleurs des mines de divers pays.
À la 3e Rencontre de l'ICG, nous avons pris d'autres décisions importantes comme suit :
- On rédigera de nouveaux appels concernant les deux journées de luttes décidées par l'ICG, la journée de lutte pour l'environnement début décembre 2015 et le 1er Mai 2016.
Ces appels sont à répandre largement parmi les travailleurs des mines et la population des régions minières.
- Pour soutenir la Conférence mondiale des femmes de la base en mars 2016, au Népal, nous avons pris une décision que nous ajoutons en vous demandant de la diffuser.

Cher/e/s collègues,
La 3e réunion de l'ICG à mi-temps entre les deux Conférences de 2013 au Pérou et de 2017 en Inde montre que nous ne nous laissons pas arrêter malgré de nombreux obstacles, malgré les différentes cultures et langues, malgré les répressions par les groupes miniers et les gouvernements liés à eux. Nous vous appelons donc :
• Participez à la préparation de la 2e Conférence internationale des travailleurs des mines en Inde en février 2017 !
• Commencez les processus nationaux de clarification pour les élections des délégués/ées sur la base la plus large possible, de financement du voyage, depréparation d'un forum, de recrutement de brigadistes !
• Participez à la discussion de l'ébauche du programme à partir du printemps 2016 !
• Participez aux journées de lutte – la journée internationale pour l'environnement en décembre 2015 et le 1er Mai 2016. Répandez les appels de la coordination internationale des travailleurs des mines !
• Nous travaillons énergiquement pour améliorer notre site internet. Servez-vous du site et envoyez vous-mêmes des rapports de vos pays !»

Avec nos salutations cordiales de mineurs – Glück Auf !
Andreas Tadysiak
Coordinateur principal du Groupe de coordination internationale des travailleurs des mines

International Coordination Group (ICG)
International Miners Coordination (IMC)
Office: Schmalhorststraße 1c;
45899 Gelsenkirchen; Germany
Phone: 0049 209 - 36 17 42 32

e-mail: Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.